Réflexions sur les asymétries Nord-Sud dans la production et la transmission du savoir: le Mali et moi

Retour aux actualités
Flyer RefleX 31-01-23

Séminaire RefleX présenté par Isaline Bergamaschi, ULB Campus Charleroi, 31 janvier (11h-13h).

La présentation revient sur un parcours de recherche personnel dans le contexte global de l'évolution de la production du savoir scientifique en sciences sociales portant sur le Mali (et dans une moindre mesure, le Sahel) depuis 2012. Au cours de la dernière décennie, avec l'occupation du "Nord" du pays par des groupes armés incluant des éléments djihadistes puis l'opération militaire de la France, le Mali est devenu un laboratoire de la "lutte contre le terrorisme" et fait l'objet d'une attention nouvelle pour la sous-discipline des relations internationales, spécifiquement les études de sécurité - alors qu'il était traditionnellement un objet d'étude dans le champ des "Etudes africaines". La proportion de travaux publiés en anglais a augmenté, la recherche a fait l'objet d'une sécurisation et d'une influence accrue des praticiens de la sécurité et de la paix (la France, l'ONU, les ONG) et de leurs priorités. Ainsi, la littérature grise et certain·es universitaires ont importé au Mali des catégories d'analyse élaborées ailleurs ("radicalisme" et "radicalisation", Etat failli, stabilisation, etc.) ou fait des comparaisons avec d'autres pays (l'Afghanistan en particulier). 

Dans une recherche en cours, Isaline Bergamaschi s'interroge sur les relations Nord-Sud dans la production du savoir, et au rôle du continent africain dans celle-ci. Après avoir élaboré une bibliographie exhaustive qui comprend près de 1000 références en langues françaises et anglaises, elle compare les ouvrages et articles portant sur le Mali de 2000 à 2012 et ceux publiés entre 2012 et 2012 pour identifier des grandes tendances et évolutions. Le constat d'une sur-représentation des chercheurs non-maliens dans les contributions les plus visibles et citées l'a également conduite à émettre l'hypothèse d'une "dissonance cognitive" entre chercheurs non-maliens et maliens, et à interroger le rapport des collègues malien·nes à l'international dans une démarche de sociologie politique de l'international.

Isaline Bergamaschi est chargée de cours à l’Université libre de Bruxelles. Ses recherches portent sur la sociologie du développement international, les évolutions de l’intervention internationale au Mali et les relations et asymétries Nord-Sud au sein de divers environnements internationaux : mouvements sociaux, organisations multilatérales ou encore recherche.

Inscriptions:  https://forms.gle/VGzzQfAqpYUekZbn9

Mardi 31 janvier 2023 de 11 à 13h

ULB Campus UCharleroi

Site A6K, plan ici

Square des Martyrs – 6000 Charleroi 

Accès très aisé en transports en commun depuis Bruxelles (le lieu du séminaire est à moins de 50 mètres de la gare de Charleroi central)