Entrer en guerre au Mali. Luttes politiques et bureaucratiques autour de l’intervention française

Retour aux événements

Présentation d'ouvrage par ses auteurs :

Grégory Daho
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Florent Pouponneau
Université de Strasbourg

Johanna Siméant-Germanos
Ecole normale supérieure

Discutants :
Isaline Bergamaschi & Christophe Wasinski,
Université libre de Bruxelles - REPI
 

Résumé

Le 11 janvier 2013, dans une allocution télévisée, le président François Hollande annonçait que la France intervenait militairement pour venir en aide au Mali, alors que des groupes armés qualifiés de terroristes semblaient se diriger vers la capitale, Bamako. Cela marquait le début de l’opération Serval. Quoi de plus proche, en apparence, d’une décision souveraine et individuelle que cette annonce ? Le propos de cet ouvrage, appuyé sur un travail de terrain de plusieurs années (sources ouvertes, archives classifiées, entretiens, prosopographie…), est pourtant à rebours d’une perspective qui prétendrait isoler des moments discrets de la décision en en faisant une substance, saisissable et traçable : il s’attache à déplier ce que sont toutes les conditions plus générales de possibilité d’une entrée en guerre, et à identifier les luttes politiques et bureaucratiques au sein de l’appareil d’État dans lesquelles elle s’encastre. Il entend aussi montrer que l’on peut travailler empiriquement sur les sommets de l’État, fût-ce dans des domaines que l’on imagine verrouillés par le « secret défense », et que les relations internationales relèvent, en cela, du travail ordinaire des sciences sociales.

A propos des auteurs

Grégory Daho, Florent Pouponneau et Johanna Siméant-Germanos sont tous trois enseignants chercheurs en science politique, respectivement au département de Science politique de l'université Paris 1 Panthéon Sorbonne, à Sciences Po Strasbourg et au département de Sciences sociales de l'ENS. Tous trois attentifs à une sociologie empirique et réflexive de l'international qui ne cède pas au défaitisme méthodologique, ils ont travaillé sur l'institution militaire (G. Daho, La Transformation des armées : enquête sur les relations civilo-militaires en France, Ed. de la MSH, 2016), sur la diplomatie française (F. Pouponneau, La Politique française de non-prolifération nucléaire : de la division du travail diplomatique, Peter Lang, 2015) et sur les mouvements sociaux et l'humanitaire, en Afrique et ailleurs (J. Siméant, Contester au Mali. Formes de la mobilisation et de la critique à Bamako, Karthala, 2014).

Mardi 10 mai 2022 de 17 à 19 heures

Université libre de Bruxelles
REPI (IEE, salle Spaak)
39 avenue Franklin Roosevelt
1050 Bruxelles

Inscription obligatoire avant le 10 mai : https://forms.gle/Xrh5mT2QcmJpKcMM8

Le séminaire se tiendra en format hybride. Les informations de connexion seront communiquées après inscription.

Editions Rue d’Ulm

Tags