Guerre et contre-terrorisme

Retour aux publications
Cultures & Conflits 2021/3 Cover
Auteur
Bigo, D., Bonnefoy, L., Charbonneau, B., Debos, M., Delori, M., Egger, C.,  Guittet, E.P., Hanon, J.P., Magni-Berton,  R., Mégie, A., Olsson, C., Tsoukala, A., Varaine, S., Wasinski, C. & Weill, S.
Année
2021
Edition
L'Harmattan
Collection
Cultures & Conflits
Pages
11-19

Tags

Bigo, D., Bonnefoy, L., Charbonneau, B., Debos, M., Delori, M., Egger, C.,  Guittet, E.P., Hanon, J.P., Magni-Berton,  R., Mégie, A., Olsson, C., Tsoukala, A., Varaine, S., Wasinski, C. & Weill, S. (2021). Guerre et contre-terrorisme. Cultures & conflits, (123-124), 11-19

Quel est le rôle du contre-terrorisme guerrier, et plus généralement des interventions militaires, dans la genèse de la violence dite terroriste ? Cette question a émergé dans le débat public francophone – et principalement français – à la fin de l’année 2020 à la suite d’une tribune publiée par le Nouvel
Observateur. Un collectif d’une soixantaine d’artistes, d’intellectuels et de spécialistes a avancé la thèse, dite du « pompier-pyromane », selon laquelle
« La guerre ne constitue pas une réponse stratégique au terrorisme. Sans être la cause unique de celui-ci, elle alimente le phénomène qu’elle prétend combattre ». Il s’ensuivit une controverse, plus « experte », à laquelle trois groupes ont participé : des chercheurs travaillant dans le domaine des études stratégiques, des spécialistes des études quantitatives du terrorisme et des spécialistes des études qualitatives du terrorisme. Les premiers ont critiqué la thèse du « pompier-pyromane », estimant que « la France est attaquée pour ce qu’elle est, non pour ce qu’elle fait ». Les seconds ont expliqué dans quelle mesure les études quantitatives apportent du crédit à la thèse du « pompier-pyromane ». Les troisièmes ont également défendu cette thèse à partir de leur propre méthodologie, laquelle consiste principalement à « comprendre par interprétation » les logiques de la violence. Ce numéro thématique est né de la rencontre, fortuite et non-concertée, entre ces deux derniers groupes.